J’adore Facebook…

img_0039

Oui vraiment, j’adore Facebook grâce auquel je picore quelques miettes de la vie de mes amis trop loin : l’entrée en sixième du dernier de leurs génies, les vacances à la mer banalement attachantes, l’absurde défi sportif du week-end, le selfi ridicule du jour. Et grâce à ces petites choses je sors de ma bulle égoïste, je m’émeus avec eux, je leur souris digitalement, ils sont là, tout à côté au fond, je les aime.

J’aime aussi Facebook quand mes amis se muent en critiques, non parce qu’ils ont bon goût, mais parce que j’aime leur mauvaise foi et goûte leurs partis pris ! J’aime quand ils me guident dans le foisonnement et la diversité du monde. Quand ils m’ouvrent des fenêtres ou referment certaines portes avec délicatesse m’évitant de m’égarer sur la route de la dernière pensée à la mode.

J’adore Facebook pour la créativité de certains post, pour l’humour que mes amis y partagent, décalé, renouvelé, souvent.

Mais tout n’est pas si rose dans le vaste monde bleu.

J’aime moins Facebook quand mes amis se muent en directeurs de conscience pour imposer leur vues, leur vision de la vie sous couvert de partage. L’avalanche de posts anti système, végétariens, écologiques, politique m’est pénible, dans leur forme abrupte souvent, dans leur répétition. Posts après posts univoques, mes chers amis digitaux pourtant triés sur le volet, transforment le partage en intrusion. Ce qu’ils n’oseraient pas me dire autour d’un café, voilà qu’ils me l’assènent sur mon fil d’actualité. Pire encore. En face à face ils y mettraient de la nuance, de la sensibilité, de l’empathie. Protégés par l’écran ce sont les chars de Rommel lancés dans les Ardennes ! Ils y viennent, ils y reviennent armés de formules définitives. Les certitudes ont laminé les convictions, les réponses sont données prêtes à penser à des questions mal posées ou pas posées du tout. Les mots les plus durs, les phrases les plus assassines se banalisent, créant de la violence pour dénoncer une autre violence, insultant l’intelligence par leur simple outrance.

J’aime moins Facebook quand mes amis en exposant avec entrain et sans nuances les faces sombres de notre monde exposent leur côté sombre à eux. Quand à force d’être pessimistes ils creusent leur propre tombe et la mienne avec eux dans une immense et collective prophétie auto réalisatrice. Quand en hurlant très fort ils exposent leur peur, croyant la conjurer. Le lendemain ils y reviennent pourtant… effrayés par l’échos de leur cri de la veille.

Alors oui mes amis, indignez vous, sur Facebook pourquoi pas, mais avec mesure, avec subtilité. N’écrivez rien que vous ne me soutiendriez les yeux dans les yeux ou dont vous ne seriez pas fiers dans un an, dans dix ans. Choisissez les mots justes et juste ceux-là. Posez de vraies questions et pas celles qui portent leur réponse en leur sein. Soyez exigeants avec vous-mêmes comme vous l’êtes avec ceux que vous pourfendez sans égard, les politiques, les étrangers, les éleveurs de canards ou les chefs d’entreprise, les énarques ou les plombiers, les journalistes qu’on entend trop ou les sportifs qui ne gagnent plus. Vos mots comptent. Plus que vous ne le pensez. Dans ce siècle plus que jamais dans l’histoire. Ceux de l’un de vous, ceux d’un autre seront un jour le battement d’ailes de papillon qui changera le monde.

Et puis indignez-vous oui, pourquoi pas, mais surtout enthousiasmez-vous ! Partagez sur Facebook ce qui est beau, ce qui est bon. Dans vos vies privilégiées ce n’est pas ce qui manque. Faites advenir le beau, le bon. Soyez positifs, soyez optimistes. Notre monde est plein de verres à moitié plein qui ne demandent qu’à être saisis d’une main déterminée et dans lesquels vous pouvez justement ajouter quelques gouttes en choisissant vos mots.

Vos mots comptent. Pour moi au moins.

N’en faites pas des armes. Faites m’en des cadeaux.

Joyeux Noël !

Publicités

2 commentaires sur “J’adore Facebook…

  1. Sacré toi. C est marrant, parce que je ne suis pas sur Facebook (et pour cause) et je comprends tout à fait ce dont tu causes. Drôle d époque ,mfff  À part ca, j’espère que tu passes de bonnes fêtes (avec tes parents ou deja au ski sans neige?)Nous c est Noel à 15 chez les parents et ca s est plutôt bien passé. La bise, joyeux Noel À bientôt 

    Stephane 06 73 98 64 01

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s